photographie-animaliere.com - français
photographie-animaliere.com - anglais



Dans ces carnets, les textes et les photos relatent des situations que j’ai vécues au cours de mes voyages. Des moments forts en émotions, en observant le comportement des animaux. Dans tous les cas, des moments qui amènent à réfléchir sur la condition animale et à notre relation avec eux.

“L'homme n'est pas le seul animal à penser, mais c'est le seul à penser qu'il n'est pas un animal” - Pascal PICQ

A tous ceux.
A tous ceux.

Dans le  parc d’Etosha, en Namibie, une femelle zèbre vient de mourrir. Aussitôt, le reste du groupe, resté à distance, se rapproche d'elle.  A tous ceux » relate la réaction surprenante d’un groupe de zèbres face à la mort d’un congénère.

" Parc d' Etosha, Namibie, 1er novembre. 

La matinée s'achève. La chaleur a envahi l'atmosphère, écrasant même le bruit des animaux défilant à tour de rôle vers le point d'eau. Je ne sais pas comment ils s'en arrangent….   "

Où es tu ?
Où es tu ?

A chacun  son Graal. Le mien s’appelle « le fantôme des montagnes » et c’est dans les vallées himalayennes que je suis partie à sa recherche. Voir une panthère des neiges, libre, dans son milieu naturel, telle était ma quête.

" Asie centrale, Ladakh, Février.

Jelley, jelley ! Après quelques jours d'acclimatation à Leh, je rencontre enfin Skarma, qui m'accueille avec un large sourire. Ses petits yeux brillants illuminent son visage à la peau tannée par le soleil et le froid de l'altitude. Nous allons ensemble explorer les vallées himalayennes à la recherche du fantôme des montagnes..."

Qu'il est difficile..
Qu'il est difficile..

La traversée des rivières du Masai Mara, par les animaux lors de leur migration, est souvent l’occasion de scènes de drame, mais aussi de solidarité entre animaux. 

"Qu’il est difficile" est le récit d’une de ces traversées spectaculaires.

"Kenya, Masai Mara, début septembre.

 C’est une des plus importantes migrations de gnous que l'on ait vue depuis vingt ans. Des centaines de milliers d'animaux recouvrent les collines du Masai Mara. Où que le regard se porte, ils sont là… "

Tout ça pour ça !
Tout ça pour ça !

La photographie animalière est à la mode. Mais cette activité ne signifie  pas que l’on ai une approche naturaliste, que ce soit de la part des photographes ou des organisateurs de safaris photos. Si certains ne conçoivent de photographier que dans le plus grand respect de la nature et de la vie sauvage, d’autres se comportent plutôt comme des paparazzi prêts à jouer des coudes et à harceler un animal, d’autres encore ne portent aucun intérêt pour l’animal photographié, le seul but étant de cumuler des photos tels des collectionneurs compulsifs. 

J’ai pu au cours de mon voyage au Canada à la recherche des oursons polaires, constater les dérives de cette activité.

« Manitoba, Canada, fin mars.

ll faut vraiment avoir envie de tirer le portrait du petit Nanuq ! Trois avions, un train, un 4X4 muni de chenilles pour arriver enfin, de nuit, au lodge perdu dans la toundra glacée, sous le blizzard…. »  

 
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGV et l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts et vous permettre l'utilisation de boutons de partages sociaux.
En savoir plus sur ces paramètres
Fermer